Archive pour la catégorie ‘Industriel’

l’intelligence artificielle menace même les emplois des plus riches

 

AI

En 1929, l’économiste John Maynard Keynes a fait une prédiction « Au cours du prochain siècle, le niveau de vie des riches sera entre quatre et huit fois supérieur au niveau de vie moyen du reste de l’humanité. Le tout est de savoir comment ils s’occuperont, et ce que la science pourra créer exclusivement pour ces privilégiés, avec ou sans travail à fournir ».

Tout en étant largement correct sur la première partie de la prédiction, l’idée de pouvoir ne plus travailler reste étonnamment hors de portée.

La semaine normale britannique de travail est actuellement de 31 heures, en baisse par rapport aux 50 heures en 1930 mais à peu près deux fois ce que Keynes prévoyait pour les plus riches.

Mais ce nombre d’heures est considérablement réduit par l’arrivée du travail à temps partiel et ne tient pas compte d’une frontière de plus en plus ténue entre le travail au bureau et le travail à la maison. Cela qui signifie que beaucoup d’entre nous finissent par répondre aux courriels à toutes les heures de la journée.

L’âge de l’Intelligence Artificielle (AI) est sur le point d’engendrer le plus grand changement en milieu professionnel jamais connu dans l’ère technologique, les humains seront-ils purement et simplement remplacés par des robots et jetés sur le bas-côté de la route ? Lire la suite de cette entrée »

Des robots juridiques déployés en Chine pour désengorger les tribunaux

Des « robots juridiques », spécialistes en droits, ont été déployés par milliers en Chine pour aider à l’administration du pays engorgée par les dossiers en retard.
Les robots, qui mesures environ un mètre de haut et qui ont des têtes en forme de grille-pain, examinent les documents et identifient les problèmes au cas par cas.

Ils donnent également des conseils sur l’importance des peines, ils peuvent générer des mandats d’arrêt et «approuver les actes d’accusation», ont déclaré récemment les procureurs dans la province orientale du Jiangsu, où les robots sont mis à l’essai.
Près de 15 000 cas juridiques ont été examinés par ces robots depuis leur déploiement en septembre dernier, ont indiqué des responsables de l’administration chinoise lors d’une récente conférence de presse.

Les robots juridiques ont détecté des problèmes et corrigé des erreurs dans plus de la moitié des cas, et 541 condamnations ont été prononcé, ils ont même aidé à gérer des cas au sein de 7 municipalités. Lire la suite de cette entrée »

La société indienne H-Bots Robotics s’apprête à lancer un robot policier 100 % indien

Policier robot

L’entreprise de robotique H-Bots Robotics a déclaré mercredi qu’elle travaillait sur un «robot policier» qui peut être déployé pour des activités de sécurité publique et, s’il est réussi, peut être étendu dans le commerce.

En marge du lancement d’un laboratoire de robotique à Hyderabad mercredi dernier, Kisshhan, fondateur de H-Bots Robotics, a déclaré que le robot policier serait «entièrement fabriqué en Inde». En affirmant que la société innovait à vitesse grand v dans ce domaine et que le prototype serait bientôt prêt.

« Jusqu’à maintenant, seul Dubaï possédait un robot policier, mais fabriqué en France.
Nous préparons désormais un robot policier qui sera que le deuxième au monde et entièrement fabriqué en Inde. Lire la suite de cette entrée »

Boston Dynamics nous a présenté son nouveau robot « Handle ».

Handle

Handle

Le robot à roues de Boston Dynamics, filiale de Google, a fait une arrivée en fanfare lors de la dernière Keynote de la société.
Aujourd’hui, nous en savons plus sur le fameux « Handle », car c’est comme cela qu’il s’appelle.

Nous savions déjà que cette nouvelle machine pouvait gérer des obstacles et même piquer des sprints. Mais une nouvelle vidéo nous montre comment le robot peut fonctionner dans des environnements difficiles – sur des collines, sur la neige et même sur des dénivelés.
Il est capable de se déplacer n’importe où malgré sa hauteur d’1 mètre 91 qui dépasse celle de la plupart des humains.

Une fois chargée via l’énergie électrique, Handle peut voyager plus de 24 kilomètres. Il est équipé de suspensions électriques et hydrauliques. Lire la suite de cette entrée »

Exclusif: Jean-Pierre Marec nous dit tout sur les robots militaires et les soldats augmentés de demain.

Jean-Pierre Marec

Julie Paysant : Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous vous présenter ?

 Jean-Pierre Marec : Je suis Ingénieur général de l’armement et j’ai fait toute ma carrière à l’ONERA (Office national d’études et de recherches aérospatiales), depuis mon doctorat d’Etat en astrodynamique, jusqu’au poste de Directeur scientifique général et maintenant de Haut conseiller. A l’Académie des technologies, je me suis plus particulièrement intéressé à l’IHM (Interaction homme-machine), puis à la robotique, dans le cadre du groupe de travail « Vers une technologie de la conscience ? », et plus particulièrement à la robotique militaire.

J. P. : Vous soulignez dans le rapport de l’Académie des technologies de 2013 intitulé « Réflexions sur la robotique militaire » que le robot avec une configuration « humaine » n’est pas le moyen optimal pour concevoir des robots destinés à une gamme de tâches données. Comment expliquez-vous que certaines entreprises font le pari du robot militaire humanoïde ?

 J.-P. M. : Les roboticiens, comme par exemple Philippe Coiffet ([1]) , qui soutenaient l’idée du robot humanoïde ont été longtemps « combattus ». Ce n’est qu’en 1990, sous l’influence des japonais, que l’idée du robot humanoïde a commencé à prendre corps malgré le désintérêt des américains. Dès 2003, Philippe Coiffet a créé le laboratoire franco-japonais JRL (Joint Robotics Laboratory) à Tsukuba. Actuellement, c’est Abderrahmane Kheddar ([2]) qui le dirige jusqu’à la fin de 2016.

En robotique militaire, le robot humanoïde ne paraîtrait éventuellement utile qu’en robotique terrestre : pourquoi doter un UCAV ou un drone sous-marin d’un pilote robot humanoïde alors qu’un pilote automatique, non humanoïde suffit ?. D’autre part, les bataillons de robots-soldats terrestres semblent actuellement du domaine de la science-fiction. Ils pourraient être utiles pour impressionner l’adversaire ou pour des raisons de polyvalence. Mais d’autres formes semblent mieux adaptées, du moins pour certaines missions, comme les engins chenillés pour le tout-terrain, le robot quadrupède genre « BigDog » pour le transport, le serpent type « Snakebot » pour se faufiler dans des décombres, le géko « Stickybot » ou encore le micro-drone pour l’espionnage. Lire la suite de cette entrée »

L’intelligence artificielle est-elle une menace ?

reseau-de-neurones-artificiels-cycorpLa haute technologie permet-elle de créer plus d’emplois qu’elle n’en détruit ? Ou sommes-nous condamnés à vivre dans un monde sans travail ? Cela dépend à qui vous posez la question!

Il n’y a pas longtemps, un débat fut organisé par la chaine britannique BBC dédié à l’impact de la robotisation sur l’industrie.

Durant ce débat fut évoqué un rapport publié récemment par le cabinet de conseil Deloitte, qui semblait suggérer qu’il n’y avait pas d’inquiétude à avoir.

Des chercheurs, en utilisant les données de recensement du Royaume-Unis, ont constaté qu’au cours des cents dernières années, les progrès technologiques avaient réellement amélioré la situation, en réduisant le nombre de fonctions dangereuses, et en renforçant les emplois dédiés aux soins, à l’art et au business. Lire la suite de cette entrée »

Les robots industriels de Kuka

robot industrielKuka (Keller Und Knappich Augsburg), est une firme internationale allemande spécialiste de la fabrication de robots industriels. Depuis la production de son premier robot industriel « Famulus » en 1973, Kuka a beaucoup apporté en matière de solutions d’automatisation de pointe sur tous les processus de production industrielle. La société se spécialise dans la production de robots pour l’industrie automobile, la métallurgie, l’agro-alimentaire et le plastique.

Des robots pour l’industrie et le sport et l’art

Les robots Kuka sont particulièrement reconnus pour leur rapidité d’exécution et leur fiabilité. Il s’agit surtout de bras articulés commandés par la plateforme de commande KRC basée sur PC. Kuka propose une large gamme de robots industriels, classifiés selon leur capacité de charge, et/ou selon leur secteur d’activités : transport, agro-alimentaire, construction, industrie du verre, fonderie, travail des métaux, travail de la pierre… Mais Kuka ne fabrique pas que des robots industriels puisque la firme a conçu un robot programmé pour jouer au ping-pong et battre les meilleurs joueurs du monde. Lire la suite de cette entrée »

La robotique industrielle

Robotique industrielle

robot industriel

Les robots industriels sont principalement une sorte de bras articulé généralement composé de 6 degrés de liberté, de trois axes de positionnement, ainsi que de trois axes pour l’orientation d’un outil travaillé. Parmi les plus utilisés, l’on peut citer les robots de peinture et de soudure qui sont fort utiles dans l’industrie automobile ; les robots de montage, ainsi que les robots mobiles utilisés surtout dans la surveillance et la sécurité.

Un secteur en plein expansion

A l’heure actuelle, il y a plus d’un million de robots industriels dans le monde. En 2011, les ventes de robots industriels ont totalisé quelques 9,5 milliards de dollars, mis à part les logiciels, les périphériques et l’ingénierie-système. Les innovations technologiques et l’intelligence artificielle permettent de multiplier rapidement leurs fonctionnalités, et, ainsi, leurs applications. Le secteur de la robotique industrielle est tellement porteur que de plus en plus de sociétés et de start-up se mettent dans les rangs. Parmi les constructeurs de robots industriels les plus connus au monde, l’on peut citer la firme allemande Kuka Robotics, ABB Robotique, Motoman Inc., Kawasaki, Stäubli Robotics, Epson, parmi tant d’autres. Sur le marché français, les start-ups comme Aldebaran Robotics se sont déjà construit une bonne renommée. L’Etat encourage fortement les start-up et PME du secteur de la robotique, afin de faire de la robotique « la prochaine frontière de l’innovation technologique », comme l’a annoncé le Ministre du Redressement productif.

MagCover
MagCover
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires