Robot-magazine.fr partenaire de 4 MANUFACTURING 2016 organisé les 26 et 27 octobre à La Roche-sur-Yon

sans-titre

L’écosystème robotique en Pays de La Loire est en plein développement : présences d’organismes de formation,
d’une plateforme régionale d’innovation, de leaders mondiaux (constructeurs/intégrateurs)., accueil de la Coupe de France de robotique..

Il se nourrit d’ un large et riche tissu industriel (agro-alimentaire, aéronautique, mécanique/métallurgie…)
Les professionnels de la robotique avaient besoin d’un rendez-vous ciblé qui leur soit destiné !

Robot4Manufacturing répond à cette demande !

Industriels, professionnels de la robotique, profitez de cette opportunité de rencontrer sur un lieu unique dans
un cadre exceptionnel, à 20 mn de l’océan et à quelques jours du départ du VENDEE GLOBE 2016, les
professionnels que vous recherchez … Lire la suite de cet article »

Tatouage robotisé : un pari réussi pour créer « Tatoué ».

Johan Da Silveira et Pierre Emm

Johan Da Silveira et Pierre Emm

Désormais, un bras robotisé pourra vous tatouer…
Pour cette opération, l’équipe d’Appropriate Audiences a intégré : un robot à six axes, un scanner 3D, des logiciels Fusion360 pour le design et Dynamo pour la programmation. Focus sur une aventure qui va nous faire repenser notre manière de tatouer!

Bonjour Pierre Emm, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Bien sûr, mais je voudrai parler au nom du projet « tatoué »et de notre groupe Appropriate Audiences ! Pour ce projet avec Johan Da Silveira nous avons travaillé avec David Thomasson, un ingénieur du laboratoire de recherche d »Autodesk et moi-même. On s’est rencontré avec Johan à l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle de Paris puis nous sommes allés au Pier 9 de San Francisco, l’Artist in Residence d’Autodesk.

Nous avons été les premiers Français à être invités dans cette résidence. Pour nous c’était une superbe opportunité de pouvoir travailler 24/7 sur notre projet. Chez Autodesk Pier 9, en plus d’avoir à disposition énormément de moyens techniques nous avons eu la chance de faire des rencontres humaines extraordinaires, nous encourageons les personnes à postuler à cette résidence Lire la suite de cet article »

Tribune: La France et les robots, je t’aime moi non plus

Marc Dinee: Directeur Général Robopolis

Marc Dinee:
Directeur Général Robopolis

Métropolis en 1927, L’Odyssée de l’espace en 1968, Star Wars en 1977… autant de films mythiques parmi tant d’autres dans lesquels les robots n’étaient que pure fiction.

Aujourd’hui, cette fiction devient réalité. Tous les jours de nouvelles innovations voient le jour : robots
pour réaliser des opérations à cœur ouvert, accueillir les clients dans les magasins, assister nos seniors au quotidien ou encore aller sur Mars… La robotique et ses applications sont partout : dans nos intérieurs, l’industrie, le médical, l’agriculture…

Qui plus est, avec un marché estimé à 135 milliards de dollars de chiffre d’affaires d’ici 2019, elle est devenue en quelques années un secteur d’avenir placé au cœur de la politique industrielle française.

Un paradoxe français illustré par la robotique domestique. A y regarder de plus près, la réalité est bien plus contrastée. A l’heure où la transformation robotique semble en marche et où l’excellence des technologies de notre pays est mise à l’honneur, le marché français est à la traîne, notamment dans le secteur industriel où nous recensons peu de constructeurs et un faible taux d’équipement, contrairement à l’Allemagne ou l’Italie, en Europe. Lire la suite de cet article »

Interview de Rafal Boltryk, co-inventeur du robot Photon.

Rafal Boltryk

Rafal Boltryk

Bonjour Rafal Boltryk, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Je m’appelle Boltryk Rafal, étudiant en informatique de réseaux et à partir de l’année prochaine en développeur web en Belgique.  Je fais partie de l’équipe de Photon Entertainment, mon rôle est de représenter le projet et de le faire connaitre dans les pays francophones. Je m’occupe des contacts avec les intéressés par le projet, je réponds aux questions en fournissant les informations demandées.

 Parlez-nous de cette start-up que vous avez créée Photon Entrainement

Nous travaillons sur le projet depuis Novembre 2014, l’idée du start-up est née en Pologne mais en ce moment l’équipe comporte des membres de Pologne, Belgique et des États-Unis. Le premier prototype a été crée dans un garage en 3 heures, avec des matériaux que nous trouvons dans chaque maison. Après quelques mois et 2 autres prototypes, nous avons participé au Microsoft Imagine Cup 2015 que nous avons gagné! C’est à ce moment que notre aventure dans le monde du business a commencée.
Nous avons subit un « business acceleration program » qui a débauchée sur une obtention d’investisseur.

Grâce à cela, nous avons pu accélérer nos travaux sur le projet. Avec nos moyens encore, nous avons pu acheter une imprimante 3D qui est indispensable dans les cas où nous devons vite créer ou améliorer des pièces pour le robot. En Avril 2016, à l’Imagine Cup 2016, nous avons présenté un nouveau design de Photon que nous préparons en ce moment pour une production à base de moules d’injection. Il y a quelques jours, nous avons été honoré d’un prix « Marka Roku Konsumentow », ce prix est attribué à un projet suite aux votes des consommateurs et utilisateurs du produit, ceci nous a prouvé une fois de plus que le marché attend Photon avec impatience. Le 31 Mai, nous avons démarré sur Kickstarer ce qui est un grand pas en avant pour nous sur la route vers marché global.

L'équipe de Photon Entrainement

L’équipe de Photon Entrainement

Comment décririez-vous les fonctions de Photon, est-ce un « robot jouet » intelligent , à l’instar du nounours du film AI de Steven Spielberg ?

Photon n’est pas un simple jouet mais il n’est pas aussi poussé que Teddy du film de Steven Spielberg. Photon est le premier robot au monde qui se développe ensemble avec l’enfant. Ce qui veut dire qu’il sait autant que son utilisateur. Grâce à cela nous sommes sûr que l’enfant comprend le fonctionnement de Photon, il sait l’utiliser mais aussi qu’il est motiver pour le développer. Par exemple, les capteurs pour la programmation sont disponibles seulement sur une certaine étape de l’apprentissage avec le robot.

Quand l’enfant débloque le capteur de distance par exemple après plusieurs étapes, le robot lui dit : « Dis, j’ai un capteur ici, je ne sais pas à quoi il sert, pourrais-tu m’aider à apprendre à l’utiliser? ». Ensuite, l’enfant fait un certain nombre d’expériences manuelles dans lesquelles il va tester le fonctionnement du capteur. Quand il l’apprendra et le comprendra, nous allons commencer la création de simples programmes qui vont exploiter ce capteur (par exemple : le suivit du mouvement de la main ou la détection d’objets dans l’entourage).

Ceci a été testé avec des enfants de tout age, même ceux de 4 ans et nous avons conclus que même à cet age là, grâce à cette méthode les enfants comprennent comment cela fonctionne. Le robot possède en tout 10 capteurs. Il est capable de détecter des bruits, faire la différence entre jour et nuit, détecter et faire la différence entre les couleurs du sol ou encore calculer avec précision son parcours, son mouvement ou sa rotation.

De combien avez-vous besoin, avec la campagne Kikstarter, pour financer le projet ?
Photon

Kickstarter est une grande occasion pour nous pour accélérer notre expansion. Indépendamment de la somme que nous allons récolter, Photon rentrera quand-même sur le marché. Nous avons pris pour but, une somme de $ 35.000.

Plus nous récoltons, plus vite nous pourrons créer les moules d’injection et nous espérons pouvoir livrer des Photon dans les maisons des enfants avant Noël! Ceci est notre but avant tout.

 Avez-vous déjà testé Photon en situation réel avec des enfants ? Et si oui, quelles furent leur réaction vis-à-vis du robot ?

A partir du début du projet, nous consultons régulièrement des enfants et des professeurs des écoles primaires. Ce sont les enfants qui nous ont dit à quoi devrait ressembler le robot, ce qu’il devrait posséder et comment il devrait se comporter. Le nombre d’idées des enfants est juste impressionnant. Nous avons déjà testé le robot dans des crèches, des écoles primaires, des formations de programmation mais aussi dans l’environnement privée.

Les enfants ont même testé le robot dans l’environnement naturel, à l’air libre, ils ont toujours réagit par des rires et la joie et quand ils ont apprit à connaitre le caractère amicale du robot, ils ont directement commencé l’apprentissage avec Photon. Ils étaient d’ailleurs très impressionné de la facilité qu’ils avaient à la création des premiers programmes, ils étaient vraiment très fiers lorsqu’ils réussissaient des programmes de plus en plus compliqués. Le plus grand test jusqu’à présent pour nous était l’événement que nous avons organisé pour les enfants avec le partenariat de Microsoft. Pendant 5 heures, près de 400 enfants jouaient avec des Photon sans arrêts et le robot s’est débrouillé sans problèmes.

De nouvelles applications viendront-elles s’ajouter à celles déjà existantes ?

Oui. Photon a été conçu d’une façon à s’intégrer avec plusieurs applications. Dans le futur, nous réfléchissons même à une application qui va aider les enfants avec l’apprentissage des langues étrangères. L’application originale sera continué à développer, on va y rajouter de nouveaux défis, nouveaux jeux et interactions qui vont assurer aux enfants un divertissement et une éducation pendant des mois.

 Votre mot de la fin ?

Je voudrai remercier vous et vos lecteurs pour cet interview. La campagne sur Kickstarter est vraiment une très grande occasion pour nous, c’est pour cela que chaque aide compte. Supportez-nous dans nos prochains pas et actes via http://meetphoton.com/fr/home/ et faites connaissance avec Photon. Merci!

Exclusif: Jean-Pierre Marec nous dit tout sur les robots militaires et les soldats augmentés de demain.

Jean-Pierre Marec

Julie Paysant : Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous vous présenter ?

 Jean-Pierre Marec : Je suis Ingénieur général de l’armement et j’ai fait toute ma carrière à l’ONERA (Office national d’études et de recherches aérospatiales), depuis mon doctorat d’Etat en astrodynamique, jusqu’au poste de Directeur scientifique général et maintenant de Haut conseiller. A l’Académie des technologies, je me suis plus particulièrement intéressé à l’IHM (Interaction homme-machine), puis à la robotique, dans le cadre du groupe de travail « Vers une technologie de la conscience ? », et plus particulièrement à la robotique militaire.

J. P. : Vous soulignez dans le rapport de l’Académie des technologies de 2013 intitulé « Réflexions sur la robotique militaire » que le robot avec une configuration « humaine » n’est pas le moyen optimal pour concevoir des robots destinés à une gamme de tâches données. Comment expliquez-vous que certaines entreprises font le pari du robot militaire humanoïde ?

 J.-P. M. : Les roboticiens, comme par exemple Philippe Coiffet ([1]) , qui soutenaient l’idée du robot humanoïde ont été longtemps « combattus ». Ce n’est qu’en 1990, sous l’influence des japonais, que l’idée du robot humanoïde a commencé à prendre corps malgré le désintérêt des américains. Dès 2003, Philippe Coiffet a créé le laboratoire franco-japonais JRL (Joint Robotics Laboratory) à Tsukuba. Actuellement, c’est Abderrahmane Kheddar ([2]) qui le dirige jusqu’à la fin de 2016.

En robotique militaire, le robot humanoïde ne paraîtrait éventuellement utile qu’en robotique terrestre : pourquoi doter un UCAV ou un drone sous-marin d’un pilote robot humanoïde alors qu’un pilote automatique, non humanoïde suffit ?. D’autre part, les bataillons de robots-soldats terrestres semblent actuellement du domaine de la science-fiction. Ils pourraient être utiles pour impressionner l’adversaire ou pour des raisons de polyvalence. Mais d’autres formes semblent mieux adaptées, du moins pour certaines missions, comme les engins chenillés pour le tout-terrain, le robot quadrupède genre « BigDog » pour le transport, le serpent type « Snakebot » pour se faufiler dans des décombres, le géko « Stickybot » ou encore le micro-drone pour l’espionnage. Lire la suite de cet article »

AKEOSpine, le logiciel qui transforme tous les collaborateurs en roboticiens !

Akeo

Akeo

AKEOSpine est un logiciel de programmation robots, qui permet aux entreprises de gérer elles-mêmes toutes leurs applications robotiques (Pick & Place, Mesure Dimensionnelle, Assemblage & Transport, Détection des Défauts d’Aspect, Usinage & Polissage). Pour ce faire, AKEOSpine contrôle les bras robotiques de toutes marques, tous types de capteurs (caméras) et tous types d’automates afin qu’ils soient pilotés d’un seul et même logiciel.

Les opérateurs, les régleurs et la maintenance deviennent maintenant roboticiens en pilotant tous leurs systèmes. Ils peuvent définir n’importe quelles actions robots, pour réaliser de la palettisation, du dévracage, de l’usinage, des
contrôles vision… Plus besoin d’un robot spécifique pour une seule et même tâche, avec AKEOSpine, 1 robot = 5 applications! Lire la suite de cet article »

Le Robot Lab Challenge est doté de plus de 400 000 €

PHOTO CONCOURSL’accélérateur Robot Lab organise son premier challenge qui récompense les meilleurs projets innovants dans les domaines de la robotique, des objets connectés, de l’intelligence artificielle et de la technologie 3D.

Le Robot Lab Challenge est doté de plus de 400 000 € afin d’encourager l’innovation et soutenir les startups en cours de création ou de moins de deux ans d’existence, visant à améliorer le quotidien de l’Homme.

Les projets devront concerner l’un des domaines suivants :

  • Robotique: robots de service, robots domestiques, robots collaboratifs, , exosquelettes, robots industriels, robots d’intervention, drones, …
  • Intelligence Artificielle: sciences cognitives, machine learning, deep learning, reconnaissance vocale, vision, traitement du langage, nanotechnologies, …
  • Objets connectés: quantified self, wearable, maison connectée, santé connectée, sport connecté, food connecté, …
  • Technologie 3D: réalité virtuelle, impression 3D, réalité augmentée, …
  • Autres: services innovants, logiciels et systèmes embarqués, …

    Rendez-vous sur : www.robot-lab.org/concours

Alain Goudey et Gaël Bonnin, co-fondateurs de l’Institut de Recherche Smart Products & Consumption de Neoma Business School.

Alain Goudey

Alain Goudey

Gaël Bonnin

Gaël Bonnin

Bonjour pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Nous sommes professeurs de marketing à NEOMA Business School et nous avons fondé l’institut de recherche SPoC (pour Smart Products & Consumption). Nous enseignons le marketing des produits technologiques, l’innovation et le design. Nos recherches dont les résultats ont été publiés dans les revues académiques internationales portent également sur le design et les technologies.

 Pourriez-vous nous parler de l’Institut de Recherche Smart Products & Consumption ?

L’objectif de SPoC est d’aider les organisations (entreprises, associations, institutions) à comprendre les bouleversements socio-technologiques induits par le développement de l’intelligence des produits, et à aider les entreprises à élaborer des stratégies pertinentes pour y répondre. Notre réflexion s’articule en 3 axes :

·         Compréhension de la construction du marché des produits intelligents.
·         L’impact du design (forme, matière, son, couleur) des objets intelligents.
·         L’appropriation (par les entreprises et les individus) des objets intelligents et leur impact sur les pratiques. Lire la suite de cet article »

Interview de Valéry Bonneau, auteur de « Mon collègue est un robot ».

Valéry Bonneau

Valéry Bonneau

Bonjour Monsieur Valéry Bonneau, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

J’ai 42 ans, je suis, entre autre, écrivain. En 1998, j’ai passé un Master d’automatisation et il y a peu, j’ai décidé de combiner deux passions : robots et écriture en me plongeant dans « Mon collègue est un robot ».
 
Pourquoi avoir voulu écrire un roman sur les robots qui prennent peu à peu la place des hommes ?

Ce n’est pas à proprement parler un roman, dans la mesure où tous les robots décrits dans le livre, sont des robots qui existent déjà et sont opérationnels. On parle beaucoup de l’impact des robots sur l’emploi, mais en utilisant des grands chiffres, des grandes masses.
J’ai voulu écrire l’histoire des robots et de l’emploi, à hauteur d’homme.
On suit donc un personnage qui, en 2016, cherche du travail et se trouve confronté, partout, où il va, à des robots.
L’angle final est venu en regardant le documentaire « Human Need Not Apply » Lire la suite de cet article »

1000 robots BUDDY à 646 € TTC l’unité arrivent sur le marché français.

Buddy, le gentil petit robot.

Buddy, le gentil petit robot.

Blue Frog Robotics, la startup française qui conçoit et développe BUDDY, le Robot Compagnon, annonce l’ouverture de préventes de 1000 BUDDY à 646 € TTC l’unité pour une livraison prévue au dernier trimestre 2016.

Premier véritable robot compagnon au monde, BUDDY est construit sur une plate-forme open source et a été conçu avec la promesse de devenir aussi utile qu’indispensable à tout un chacun, un peu comme le smartphone l’est aujourd’hui.

BLUE FROG ROBOTICS a conçu BUDDY pour qu’il puisse assister au quotidien, protéger le domicile, divertir la famille ou s’interfacer avec les principales solutions de domotique… Que ce soit pour apprendre aux enfants à écrire ou à compter, à prendre soin des seniors ou à sécuriser la maison, il saura rapidement s’adapter à chaque membre de la famille.

Le japonais Sharp lance un « robot-smartphone »

RoBoHoN de Sharp

RoBoHoN de Sharp

Dernièrement, au congrès CEATEC show au Japon, Sharp Electronics a dévoilé RoBoHoN, un téléphone qui ressemble plus à un jouet comme vous en aviez en étant gamins, qu’à un Iphone.

Tels un smartphone, il gère les appels, les e-mails et les photos pour un tarif similaire à un smartphone classique.

Mais au-delà de cela se trouve un projecteur intégré, il répond à la voix comme l’application Siri d’Apple et il dispose aussi de la reconnaissance faciale. En somme, RoBoHoN a tout d’un assistant personnel.

Lire la suite de cet article »

La Nasa nous présente le futur robot d’exploration Valkyrie

Valkyrie

Valkyrie

 

Peut-être est-il temps de repenser entièrement les mouvements mécaniques des populaires robots de danse.

En effet, dans une nouvelle vidéo, la NASA nous montre qu’elle dispose d’un robot humanoïde capable de danser sur des rythmes techno.

Bien que le robot, aussi connu sous le nom de Valkyrie, n’est certainement pas aussi gracieux qu’une danseuse étoile ou aussi agile de ses pieds qu’un danseur hip-hop, cette vidéo nous prouve que la machine peut se déplacer tout à fait librement.

Cette fonction est essentielle pour le but ultime de la NASA qui est d’utiliser des robots dans l’exploration de Mars et d’autres planètes.
Lire la suite de cet article »

L’intelligence artificielle est-elle une menace ?

reseau-de-neurones-artificiels-cycorpLa haute technologie permet-elle de créer plus d’emplois qu’elle n’en détruit ? Ou sommes-nous condamnés à vivre dans un monde sans travail ? Cela dépend à qui vous posez la question!

Il n’y a pas longtemps, un débat fut organisé par la chaine britannique BBC dédié à l’impact de la robotisation sur l’industrie.

Durant ce débat fut évoqué un rapport publié récemment par le cabinet de conseil Deloitte, qui semblait suggérer qu’il n’y avait pas d’inquiétude à avoir.

Des chercheurs, en utilisant les données de recensement du Royaume-Unis, ont constaté qu’au cours des cents dernières années, les progrès technologiques avaient réellement amélioré la situation, en réduisant le nombre de fonctions dangereuses, et en renforçant les emplois dédiés aux soins, à l’art et au business. Lire la suite de cet article »

Le robot BB-8 débarque… en force !

BB-8

BB-8

Vous désirez savoir quel est le droïde de vos rêves ? Depuis près de quarante ans, R2-D2 a réussi à charmé les enfants et parents en devenant le robot le plus mignon dans la galaxie, ou du moins, jusqu’à ce que le droïde sphérique BB-8 débarque sur le devant de la scène.

Désormais, c’est « l’astro-mécano » vedette dans Star Wars Episode VII: Le réveille de la force, qui va devenir le robot le plus cool de la galaxie.

Tout comme dans le film, il n’est pas réalisé en image de synthèse. Cet androïde adorable est une prouesse technologique rendue possible seulement en poussant au maximum l’ingénierie robotique. Il roule sur son corps sphérique, tandis que sa tête reste fixée sur le dessus.

Mais un jouet, parfaite réplique du robot original, s’apprête à sortir dans le commerce, pour le plus grand plaisir des petits comme des grands.
En effet, vous pourrez contrôler BB-8 via votre téléphone ou votre tablette, il se déplace agilement sur des surfaces planes et autour des objets.
En plus de l’orientation contrôlée, BB-8 peut reconnaître et réagir à votre voix, tout comme le droïde de Star Wars. Et grâce à la magie de la réalité augmentée, vous pouvez même envoyer et afficher des messages holographiques.

Bien sûr, BB-8 ne serait pas un vrai droïde s’il n’avait pas une conscience qui lui est propre.
BB-8 est programmé avec un comportement autonome, faisant de lui bien plus qu’un simple jouet télécommandé.
Comme un vrai droïde, il est un compagnon. Et sa programmation de la personnalité adaptative permettra à ses actions et son attitude d’évoluer quand vous interagirez avec lui.

La rédaction.

 

Le robot : un éducateur pas comme les autres

NAO 1
Les robots humanoïdes ont récemment trouvé le chemin de l’école. Utilisés comme une interface pédagogique exceptionnelle, ils deviennent éducateurs spécialisés ou objets de programmation. Quelles sont les premières conclusions de ces interactions robots-enfants?

 

Zoé, Julien et Maxence sont assis en cercle autour de Nao, un petit robot humanoïde blanc mesurant à peine une soixantaine de centimètres. Ces enfants autistes réalisent des exercices pédagogiques sous le regard bienveillant de leur enseignante spécialisée. Tout à coup, Nao donne une instruction avec son ton monocorde et sympathique: « Peux-tu me montrer une grenouille? ». Julien se presse de prendre la bonne carte couchée sur le sol et de la montrer à Nao. Les principaux atouts de Nao pour ces enfants ? Répéter des jeux simples et imiter des émotions basiques. Lire la suite de cet article »

Interview de Pascal Liegeois, auteur de « Construisez un drone terrestre avec une caméra embarquée »

 

Pascal Liégeois

Pascal Liégeois

 

Bonjour, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Je m’appelle Pascal LIEGEOIS, je suis passionné de robotique, plutôt la robotique sans microprocesseur (disons robotique analogique et à circuits logiques).

J’ai participé à quelques concours de la revue défunte « Micros et robots au début des années 2000, ce qui m’a amené à partager ma passion et c’est sous forme d’ouvrage, grâce à Dunod, que j’ai pu réaliser cette passion.

Pourquoi proposez-vous un livre sur les drones dotés d’une caméra embarquée ?

Tout d’abord, je pense qu’il faut bien comprendre le thème de l’ouvrage. Il s’agit de « drone terrestre ». Bien sûr, le mot drone désigne normalement un objet volant télécommandé (comprendre commandé à distance) mais dans le langage usuel non professionnel, on assimile facilement tout ce qui est télécommandé. Je propose au lecteur de réaliser un drone terrestre qui est un robot en fait, mais doté d’une caméra pour son guidage (avec liaison vidéo HF pour retransmettre les images au pilote) et qui peut aussi embarquer une caméra pour réaliser un film. Lire la suite de cet article »

Dans 70 ans, le sexe avec les robots sera la norme.

Les femmes feront bientôt l'amour avec des machines.

Les femmes feront bientôt l’amour avec des machines.

 

Un expert sexologue affirme que, non seulement, avoir des relations sexuelles avec des robots pourrait être socialement acceptable en 2070, mais elles seront même plus populaires que les rapports sexuels avec d’autres humains.

Alors que la notion même de relations avec des machines fait inévitablement penser à un monde dystopique, le Dr Helen Driscoll de l’Université de Sunderland affirme que toute stigmatisation vis à vis de la « robophilie » pourrait rapidement disparaitre dans un futur proche.

«Nous avons tendance à penser que le sexe robotique est totalement immorale, mais c’est dans le cadre des normes actuelles, » a-t-elle déclaré dans « The Mirror ».
« Mais en regardant les normes sociales sur le sexe qui existaient il y a seulement 100 ans, il est évident qu’elles ont changés rapidement et radicalement. »

Étant donné que les robots pourraient théoriquement être programmés pour devenir « sexuellement » très efficaces, car capables d’effectuer un nombre infini de positions et aptes à toutes sortes d’expériences, il est très concevable que le sexe avec des machines deviendra un mode de sexualité très populaire.
La réalité virtuelle devient plus réaliste et immersive car elle est capable d’imiter et même d’améliorer l’expérience des relations sexuelles avec un partenaire humain; il est concevable que certains vont choisir cette option à des relations sexuelles avec de véritables individus moins « parfaits » à leurs yeux et susceptibles de transmettre des MST. Lire la suite de cet article »

Interview de Maël Boidin, en charge du développement de TXRobotic.

 

Maël BOIDIN

Maël BOIDIN

Bonjour Maël BOIDIN, pourriez-vous vous présenter et nous présenter la société TXRobotic ?

Je m’appelle Maël BOIDIN, étudiant en dernière année d’école d’ingénieur à l’ISEN, je suis actuellement en stage chez TXRobotic où mon but est de développer la marque, que ce soit sur la partie marketing mais également sur la partie technique par le biais de tests produits, tutoriels ainsi que d’articles en lien avec la robotique.

TXRobotic est le premier site de vente en ligne de robots, pièces et outils permettant de réaliser tous les projets de robotique. Avec plus de 1700 références en stock, TXRobotic couvre tous les besoins des passionnés et professionnels de la robotique.

Quelles catégories de robots trouve-t-on au sein de votre établissement ?

Vous pourrez retrouver plus de 50 références de robots d’initiation et d’expérimentation. Notre gamme va du robot suiveur de ligne qui permet de s’initier aux principes de l’électronique à des robots plus perfectionnés comme le robot expérimental Arduino, très complet, qui permet de progresser facilement dans le monde la robotique.

Nous avons également une catégorie Drone avec plus de 100 références, qui est composée de drones en kit, prêts à voler, contrôleurs de vol, hélices en carbone ou plastique ainsi que de tout le matériel FPV nécessaire. Lire la suite de cet article »

Microsoft incite ses étudiants/programmeurs à maitriser la robotique.

La balle Sphero

La balle Sphero

 

Peut être avez-vous entendu parler de Sphero, une entreprise de robots jouets, dans l’actualité récente.
Leur balle robotique programmable a récemment été utilisé par les créateurs du nouveau film Star Wars afin de concevoir de nouveau droïde pour la saga.

Il se trouve que Microsoft utilise la balle robotisée dédiée aux développeurs d’une manière assez unique.

Dans le cadre d’un projet de démonstration durant l’été, réservé aux étudiants développeurs impliqués dans le programme Microsoft Student Partner (MSP), ont été combinées la balle Sphero avec la technologie Microsoft comme Azure, Windows Phone, ou un contrôleur de la Xbox One pour créer d’amusantes et utiles applications de jeux.

Le programme MSP est composée de 100 élèves dans les collèges et les universités à travers les États-Unis pour mettre au point les applications.

Matt Secord, directeur du programme MSP, a avoué avoir mis en place le projet Sphero pour aider les élèves à s’habituer aux nouvelles technologies issues de la robotique, et leur permettre ainsi d’intégrer cette technologie de façon nouvelles et intéressantes.

«Nous voulions vraiment rendre cette étude plaisante et ludique», a déclaré Secord. Il espère que le travail que font les élèves sera «inspirer d’autres développeurs étudiants qui sont là pour essayer de penser autrement que « Microsoft » et de construire des choses sympathiques et différentes, en utilisant plusieurs technologies nouvelles, dont celles des robots.

Laurent Amar
Lire la suite de cet article »

Adoptez Buddy, le robot designé pour le grand public.

Le robot Buddy

Le robot Buddy

Le marché de la robotique d’assistance est un marché en pleine expansion. La tendance au vieillissement de la population et donc, la perte d’autonomie, participent activement à ce développement. En Europe, la population âgée de plus de 75 ans devrait atteindre 84 millions de personnes en 2020*.

Depuis longtemps utilisés dans les secteurs de l’industrie ou la défense, les robots apparaissent désormais dans nos maisons avec une croissance beaucoup plus rapide. Une belle ascension malgré les réactions hostiles en occident quant à la peur des humanoïdes.  Tout le challenge réside dans le design, l’apparence de ces robots, pour contrer cette peur de la déshumanisation…

Après le robot Nao destiné à l’éducation, le robot Pepper vient de faire son entrée sur le marché japonais le 21 juin dernier. Les réactions ne se sont pas faites attendre : les 1 000 robots disponibles à la vente se sont écoulés en 1 minute, selon Japan Times. La start-up française Aldebaran Robotics à l’origine de ce robot vient d’ailleurs d’être rachetée par le groupe SoftBank au Japon, un pays qui fait le choix d’investir massivement dans les robots d’assistance pour faire face au vieillissement de la population… Un autre acteur de taille sur ce marché : Jibo, le robot familial. Lire la suite de cet article »

Bill Gates avait raison, demain les robots équiperont tous les foyers.

Bill Gates

Bill Gates

 

Récemment encore, tous les courtiers de Wall Street fermaient les yeux sur l’industrie de la robotique, tous comme la grande majorité des investisseurs.

Mais quelque chose d’intéressant s’est produit il y a quelques années.

En Décembre 2006, le Co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, a écrit un article stupéfiant pour notre confrère américain Scientific American.

Ce qui était censé être juste un article comme les autres s’avérait en fait être une véritable « prophétie ».

« Imaginez que vous êtes en train d’assister à la naissance d’une nouvelle industrie, basée sur des nouvelles technologies tout à fait révolutionnaires, qui pourrait bien changer le monde » selon Billou.

Il ne parlait pas de la prochaine vague de haute technologie informatique, encore moins de la technologie mobile ou de nanotechnologie, il parlait de « robot dans chaque foyer, ».
Gates avait prédit que le prochain marché majeur serait celui de la robotique.

Il a même dit que cette nouvelle industrie pourrait même ne pas concerner l’entreprise Microsoft!

Pensez-y un instant …

Voici un homme qui peut se vanter d’un respect planétaire pour ses créations, considéré comme l’un des meilleurs et les plus innovants dirigeants d’entreprise de l’histoire, et qui prédit que la prochaine révolution industrielle pourrait ne pas concerner Microsoft.

De toute évidence, il n’a pas pu atteindre de tel sommet au court de sa vie sans faire preuve de clairvoyance. Il ne se serait certainement pas risquer à mettre en jeu sa réputation sur un coup de tête.

Ce qui rend sa prédiction d’autant plus remarquable. Lire la suite de cet article »

Les robots humanoïdes devront avoir des expressions faciales similaires aux humains.

Capture 1
Lorsque les premiers invités arrivent à l’Hôtel Henn Na de Nagasaki en Juillet dernier, ils furent accueillis et servis par des robots.
Dans une approche similaire, le robot Aiko de Toshiba a récemment tenu le rôle temporaire d’hôtesse d’accueil pour les clients d’un magasin à Tokyo.
Ces derniers étaient d’ailleurs tout à fait à l’aise en approchant Aiko pour lui demander, par exemple, certain rayon.
Même la réceptionniste « humaine », qui tient normalement ce poste, sentit son collègue robot tout à fait qualifié pour ce travail.

Il ne fait aucun doute que l’évolution de la technologie robotique signifient que ces machines humanoïdes semblent maintenant plus réel que jamais.
Il est même possible d’imaginer de ne plus faire de différence physique entre un robot comme Aiko et un être humain, du moins au premier coup d’œil.
Cependant, la rencontre entre humains et « quasi-humains » peut ne pas toujours se faire dans de bonnes conditions. Lire la suite de cet article »

Le robot Zora prend soin des personnes agées

Zora le robot

Zora le robot

Ils ne sont pas sur Snapchat, ils ne diffusent pas en direct leurs aventures sur Periscope et Meerkat.

Et pourtant, les résidents de la maison de retraite Vughterste au pays bas, agé en moyenne de 87 ans, ont fait de la technologie leur affaire. Quand ils se réunissent pour une séance de thérapie physique, les seniors suivent les instructions d’un robot humanoïde de 22 centimètre qui peut se déplacer, parler et même danser.

Le robot est positionné sur une table et montre aux patients différents exercices, que ces derniers tentent alors d’imiter.
Un instructeur qui lui est bien humain est présent aussi, il fournit un enseignement individuel à toute personne nécessitant une attention supplémentaire.
Lire la suite de cet article »

Une interview passionnante de Rodolphe Gelin, auteur de « Le robot, meilleur ami de l’homme ? ».

Rodolphe Gelin

Rodolphe Gelin

Bonjour Monsieur Gelin, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Je suis directeur de la recherche chez Aldebaran. A ce titre je pilote des projets innovants afin de préparer les futurs robots que commercialisera notre compagnie. Je suis en particulier en charge du projet Romeo qui vise à évaluer la façon dont un robot humanoïde pourra aider les personnes âgées à vivre de façon plus autonome et plus sûre à l’avenir. Dans le cadre de ce projet, nous avons développé le robot Romeo, qui est le plus grand humanoïde fabriqué par Aldebaran avec ses 1,40m.

Sur ce robot, mais aussi sur Nao et Pepper, nous testons des innovations scientifiques et technologiques issues de nos propres recherches mais aussi des développements de nos partenaires académiques et industriels. Je suis chez Aldebaran depuis 6 ans, auparavant, j’avais travaillé 20 dans les laboratoires de recherche en robotique du commissariat à l’énergie atomique (CEA). Lire la suite de cet article »

La robotique bousculera notre civilisation : Interview de Matthias Schmitt

IMG_2936

Interview Exclusive de Matthias Schmitt, fondateur du Cyborg Végétal Ga.ia.

Bonjour, pourriez-vous vous présenter et nous présenter Ga.ia ?

Je suis Matthias Schmitt, designer industriel de formation à Strate, l’école de design, j’ai créer mon entreprise de robotique, Still Human en janvier dernier. L’idée première était de doter un robot d’une autonomie totale tant en énergie qu’en comportement. Mon idée fut alors d’utiliser une combinaison entre la machine et de la biologie. J’ajoute donc une plante afin d’alimenter ce robot. Mais en faisant des recherches plus approfondies, je me rendis vite compte que les enjeux d’un tel dispositif allaient bien au-delà d’une simple alimentation énergétique. Lors de mes recherches, j’ai découvert que les plantes avaient été différenciées Lire la suite de cet article »

Softbank veut démocratiser le robot domestique au Japon

softbank-pepper-bot

Pepper par Softbank


Imaginez un robot en plastique blanc sur roues se faufilant entre les visiteurs d’un supermarché et tentant de se mêler à des conversations.

D’une voix enfantine, il proclame que la pluie va bientôt tomber, que les prix du pétrole sont en baisse et que le métro est à l’heure.

Et comble de l’impertinence, si le client ne parvient pas à répondre rapidement, le robot lui conseille d’étudier son japonais.

Le robot fait parti depuis longtemps de la culture pop japonaise, regardez le succès, en dessin animé, des robots géants pilotés de l’intérieure comme par exemple Goldorak.
Le petit robot Pepper, sorte de petit humanoïde courageux, représente l’offre la plus alléchante de la robotique depuis le début de cette industrie.
Lire la suite de cet article »

Au CES 2015, les robots domestiques prennent le contrôle.

Le robot assistant Furo-i-Home

Le robot assistant Furo-i-Home

Au CES 2015 de Las Vegas, plus d’une douzaine de sociétés différentes ont dévoilé des modèles de robots domestiques.

Certains peuvent vous suivre dans la maison afin que vous puissiez continuer à passer des appels vidéos dans différentes pièces.

D’autres agissent comme un climatiseur mobile filtrant les polluants atmosphériques pouvant se trouver à l’intérieure du foyer.

Mais la véritable star du congrès a été Furo-i-Home. Ce robot en forme de cône mobile relié à une tablette fonctionnant sous Android affiche un visage plutôt amical.

Il est équipée de capteurs et peut comprendre les ordres vocaux d’un utilisateur.
Par exemple, vous pouvez demander au robot de régler la température d’une pièce ou bien d’allumer et éteindre les lumières et la musique.

« Le robot a de nombreux capteurs pour la reconnaissance faciale et pour la mesure de la température, » déclare Se-Kyong Song, directeur de projet chez Futurebot, fabricant de Furi-i-Home.

Ce dernier à également déclaré que le sympathique petit robot peut agir comme une véritable aide ménagère ou de vie, pour les enfants et les autres membres de la famille.
« Vous pouvez programmer quand vous voulez le réveil d’un parent âgé, lui rappelé de prendre ses médicaments, faire prendre le petit déjeuner aux enfants, et noter d’autres actions à effectuer. Et si quelque chose d’inattendu se produisait en l’absence des parents, il peut leur envoyer un message pour signaler le problème et les laisser gérer la situation, en parlant par exemple aux enfants par l’intermédiaire de chat vidéo.

Futurebot espère vendre au moins 10 000 de ces robots avant la fin de l’année. Ils couteront environ 1 000 Dollars pièce.

Au CES 2015, nous avons également pu voir un autre robot domestique plutôt impressionnant qui s’occupe de l’arrosage du jardin.
L’arrosoir utilise d’ailleurs une connexion Internet pour ajuster la quantité d’eau qu’il faut pour arroser les plantes selon leur bio- diversité.

On le voit bien, les robots domestiques, qu’ils soit humanoïdes ou pas, vont prendre de plus en plus d’importance dans notre quotidien. En espérant qu’ils ne se transforment pas un jour en cousin plus ou moins proche de l’ami « Terminator ».

Robot Magazine avec Je suis Charlie

robotcharlie
L’attentat qui a visé Charlie Hebdo a eu un impact mondial. Twitter est un bon observatoire pour le mesurer. Le hashtag « JeSuisCharlie » connaît un grand soutient auquel nous participons. A minuit le jour de l’attentant, Twitter France recensait 2,1 millions de tweets #JeSuisCharlie

Leweb14 : rencontre avec le directeur de l’Open Innovation chez Orange, Laurent Marchou

Capture

Laurent Marchou


Bonjour Monsieur Marchou, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Bonjour, je suis en charge chez Orange de l’Open Innovation autour de la Robotique et de l’internet des objets.

 Pourriez-vous nous parler du robot u-by ?

Ub-y est une offre de Téléprésence qui vous permet d’acquérir le don d’ubiquite ! Concrètement, là où je peux me connecter à un Ub-y je peux voir, entendre et surtout me déplacer sur le site distant comme si j’y étais. C’est ce qui fait toute la force de ce concept construit conjointement avec la start-up Française Awabot et le constructeur Suitable Technologies : on à l’impression de pouvoir se rendre en quelques secondes à Paris, Lyon ou Palo Alto de façon très intuitive.

A quel type d’utilisateur s’adresse cette machine si originale ? Le système u-by pourra-t-il s’enrichir avec des applications bien précises ?

L’offre va sortir dans le courant de l’année 2015, comme nous l’avons annoncé lors du Show Hello en octobre dernier. Elle s’adresse tout à la fois aux sociétés multi sites qui souhaitent accroitre leur productivité (car Ub-y permet d’économiser du temps, de l’argent et de la fatigue ) en leur permettant de se déplacer sur des sites distants très facilement mais aussi aux entrepreneurs qui peuvent par exemple « inviter » leurs clients et prospects à venir visiter leur entreprise sans avoir à se déplacer. L’offre devrait également séduire les premiers « Early adopters » grand public puisqu’Ub-y va se décliner en une version plus économique très prochainement.

 Quelles seront les prochaines évolutions de u-by ? Lire la suite de cet article »

La robotique en France

robotiqueTandis que le marché de la robotique industrielle est dominé par des leaders incontestés comme le Japon, l’Allemagne ou encore les États-Unis, la robotique de service est promue à une progression certaine en France, dans les prochaines années. La Commission Européenne d’estimer le marché de la robotique de service à 100 milliards d’euros d’ici 2020. Transport, logistique, domotique, industrie, santé, loisir… la robotique de service va intégrer pratiquement tous les domaines en France. Des dizaines de milliers d’emplois seront créés par ce marché, incluant, notamment la mécatronique, les logiciels embarqués, l’intelligence artificielle, l’électronique, etc. La France espère augmenter la part de marché mondial de l’Europe dans les années à venir, mais, pour le moment, le pays a déjà sa place dans la robotique de service.

Les acteurs de la robotique en France

La France dispose d’une soixantaine de laboratoires de recherche sur la robotique, qui sont connus comme étant les meilleurs du monde. Citons, à titre d’illustrations, le LAAS-CNRS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes) de Toulouse, ou le CEA-List (Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives) de Grenoble ou récemment le CRIIF repris récemment par l’entrepreneur Alexandre ICHAI. Par ailleurs, la France possède de nombreux grands acteurs ou startups œuvrant dans la robotique, pour ne citer que le fabricant de robots Stäubli, ECA Robotics, RECIF Technologies, Aldébaran, Robosoft, parmi tant d’autres. Récemment, le Robolution Capital fut créé, un fonds d’investissement de 80 millions d’euros pour soutenir les projets de robotique les plus innovants.

Les évènements robotiques dans le monde

robotLa robotique, industrielle et de service, prend peu à peu place dans le quotidien des gens. Les spécialistes prévoient un événement comparable à l’Internet en matière d’intégration de la robotique dans la vie de tous les jours. La Fédération Internationale de la Robotique estime que seul le marché mondial de la robotique de service va représenter 25 milliards d’euros en 2015, 100 milliards en 2018 et 200 milliards en 2023. Des estimations vraisemblables, compte tenu du nombre d’événements qui ont lieu un peu partout dans le monde, sur le domaine de la robotique.

Des rencontres et des robots

En Europe comme dans le monde, des événements liés à la robotique ont lieu, pour la promotion du secteur. L’un des plus connus étant le Darpa Robotics Challenge, initié par la Darpa, une agence de développement de l’armée américaine. Le DRC vise à favoriser le développement de robots capables de remplacer les humains dans les tâches dangereuses. Le RoboCup, quant à lui, est une sorte de coupe du monde de robotique, dans laquelle des robots humanoïdes disputent un match de football. Il existe également des jeux olympiques pour les robots, créés en 2004 aux États-Unis : RoboGames. En France la Cité Internationale de Lyon a accueilli pour la quatrième fois le salon Innorobo, le plus grand salon européen de la robotique de service et d’industrie. D’autres salons, forums et rencontres de la robotique se tiennent régulièrement dans les quatre coins du monde.

Silver Economy Expo – 4 et 5 décembre 2014 – Porte de Versailles de Paris

logo-silver-economy-expoVenez rencontrer les acteurs de l’économie du vieillissement à Silver Economy Expo, le Salon BtoB des technologies et services pour les seniors.

Au programme :

  • Conférence Inaugurale : Vieillissement de la population, le modèle japonais
  • Un parcours « Entreprendre dans la Silver économie ».
  • 80 exposants
  • 20 conférences

Accès gratuit au salon et aux conférences.

Demandez votre badge d’accès gratuit sur le site de Silver Economy Expo.

Solulo, le Salon des Résidences seniors, Maisons de retraite, Ehpad…

Logo_SOLULO_grandRésidences seniors, Maisons de retraite, EHPAD… Solulo est le salon qui vous aide à faire les bons choix pour vous et vos proches.

Rendez-vous du 4 au 6 décembre 2014 de 10h à 18h – Paris – Porte de Versailles – Pavillon 7.1

OFFERTE : une invitation pour deux personnes à Solulo.

Retrouvez-nous à l’an 1 de la Robonumérique.

Capture
À l’heure où Foxconn s’apprête à robotiser sa chaîne de production avec une armée d’1 million de robots, l’avantage comparatif des pays à bas coûts salariaux s’amenuise.
Ainsi, la Californie connaît déjà des relocalisations industrielles pour rapprocher les usines des consommateurs et bénéficier de l’image de marque « made in USA ».

L’introduction d’une nouvelle génération de robots industriels, connectés numérique et Cloud Computing, illustre, quant à elle, une révolution technologique née de la rencontre entre robotique ou machine-outil du XXème siècle d’une part et technologies numériques, intelligence artificielle et objets connectés d’autre part.

Cette révolution technologique porte un nom : la Robonumérique. Lire la suite de cet article »

La Nasa présente le prochain robot d’exploration de la planète Mars.

Le futur Robot martien de la Nasa.

Le futur Robot martien de la Nasa.

 

Le prochain rover que la NASA enverra sur Mars en 2020 embarquera sept instruments soigneusement sélectionnés pour mener des recherches scientifiques d’explorations sans précédent sur la planète rouge.

La NASA a dévoilée ces instruments jeudi dernier au siège de l’agence à Washington. Les responsables du projet ont dû faire le tri sur les  58 propositions reçues en Janvier de chercheurs et d’ingénieurs du monde entier.

Les propositions reçues étaient deux fois le nombre habituel pour les compétitions d‘instruments. Ceci est un bon  indicateur de l’intérêt extraordinaire par la communauté scientifique pour l’exploration de la planète Mars. Les propositions retenues sont d’un budget total d’environ 130 millions de dollars pour le développement des instruments.

Le prochain rover de la NASA envisage une structure de base qui capitalise sur le travail de conception et d’ingénierie fait pour le rover Curiosity de la NASA, qui a atterri sur Mars en 2012, mais avec de nouveaux instruments scientifiques.

Mars 2020 est un concept de mission que la NASA a annoncé à la fin de 2012 pour réutiliser l’ingénierie de base de Mars Science Laboratory afin d’envoyer un véhicule différent et surtout bien plus sophistiqué sur  Mars, avec des nouveaux objectifs et instruments, lancement de ce robot en 2020.

Laurent Amar

Cobot, un robot mignon et malin.

Portugal students in the ICTI Carnegie Mellon Portugal Program

Le cobot


Si vous
venez visiter l’Université Carnegie Mellon à Pittsburgh, attendez-vous à être accueillis et conduit à votre hôte par un assistant toujours très poli et serviable.

Vous remarquerez peut-être quelque chose d’un peu étrange au sujet de votre accompagnateur.

S’il s’arrête devant l’ascenseur et qu’il vous demande dans une tonalité électronique: Pouvez-vous appuyer sur 7, puis appuyez sur mon bouton« Terminé »lorsque nous arriverons à cet étage ?« , ne soyez pas étonné. Lire la suite de cet article »

Elo, l’ours en peluche connecté

eloC’est bien connu : tous les enfants adorent les ours en peluche, tout comme les grandes personnes. Les ours conçus pour l’hôpital Amaral Carvalho (Brésil) ne servent pas seulement à donner des câlins, ils sont connectés sur Internet, et permettent de communiquer avec ses proches et les membres de sa famille. Ces ours en peluche connectés sont d’une grande utilité pour les enfants de cet établissement de santé, puisque ces enfants, atteints de maladies nécessitant des traitements longs et lourds, sont souvent éloignés de leurs proches ; les ours en peluche leur permettent ainsi de réduire l’ampleur de la solitude et de l’éloignement de leur famille. Lire la suite de cet article »

Un robot serpent pour sauver des vies ?

modsnakesModsnakes, c’est le nom donné au robot serpent conçu par le laboratoire bio-robotique Carnegie Mellon, à Pittsburg. Imitant le mouvement des serpents, Modsnakes peut accéder à des espaces exigus, très difficiles d’accès, nager, et même grimper sur un arbre. Ce type de robot trouvera des attributions hautement importantes dans des situations extrêmes, telles que l’effondrement de bâtiments après une guerre ou une catastrophe naturelle, dans quels cas les serpents pourront être utilisés pour chercher d’éventuels survivants dans les décombres. Dans le secteur de la surveillance et de la sécurité, Modsnakes peut être utilisé pour désarmer une bombe, localiser des mines, inspecter un pont, surveiller l’intérieur d’un local clos, etc. Lire la suite de cet article »

Télésurveillance et robotique

robotiqueDepuis sa première conception, la robotique s’est donnée l’objectif de trouver un système permettant à une machine de remplacer l’homme dans ses diverses activités. Il n’est ainsi pas étonnant qu’actuellement on observe des robots connectés effectuant divers services, notamment dans le domaine de la sécurité et de la télésurveillance. En la matière, certains sont spécialisés dans la surveillance de bâtiments et/ou sites industriels, tandis que d’autres usent de l’espace aérien pour enregistrer des photos/vidéos. Lire la suite de cet article »

Le concept Smartbot

smartbotLe concept de SmartBot allie les noms de smartphone et robot. Il s’agit d’un système permettant d’utiliser le smartphone comme cerveau d’un robot programmable. Assemblé, le SmartBot peut utiliser tous les capteurs du smartphone : caméra, microphone… Le robot peut ensuite utiliser les applications existantes dans le smartphone, ou appliquer ses propres programmes, développés auparavant. Lire la suite de cet article »

IXI-Play, un hibou intelligent

hibouIXI-Play est un robot hibou conçu par la start-up néerlandaise WittyWorX, et est conçu pour le divertissement des enfants. Le robot hibou peut interagir avec son utilisateur, parler, chanter, danser… Doté de nombreux capteurs et d’un logiciel de reconnaissance visuelle, IXI-Play peut reconnaître des objets, des visages, des couleurs… ; et peut « parler » via son microphone intégré. Un capteur haptique lui permet également de ressentir le toucher sous ses différentes formes : caresses et autres.

Un hibou anglophone

Basé sur un système Android, ce robot autonome a la capacité d’exécuter différentes réactions programmées, des applications et des jeux. IXI-Play n’est pas seulement un jouet pour enfants ; il peut également être programmé pour surveiller un bébé, tandis que les parents peuvent effectuer d’autres activités dans une autre chambre, par exemple. Par ailleurs, d’autres applications sont disponibles sous Android et iOS, augmentant les possibilités d’action du robot hibou. Le SDK d’IXI-Play est mis à la disposition des utilisateurs par le constructeur, afin que ces derniers puissent développer de nouvelles applications pour le robot hibou. Pour l’instant, IXI-Play ne parle que l’anglais, mais d’autres langues sont en cours de travail par l’équipe de WittyWorx. Fin 2013, le robot hibou est proposé pour le prix de 299 dollars américains.

Le robot VGO enseigne un enfant malade à distance

vgoUn parfait exemple de l’utilité des robots dans le domaine de la santé et de l’éducation. Âgé de 7 ans, Devon Carrow est atteint de maladies allergiques graves, l’empêchant d’aller à l’école pour suivre ses cours. Ses parents font alors appel à la VGO Communications, qui leur fournit un robot VGO pour aller en cours à la place de Devon. Tandis que Devon contrôle les mouvements du robot depuis son domicile, le robot va en classe, et transmet la voix et l’image de l’enfant en temps réel. Devon a pu ainsi suivre et participer aux cours, sans se rendre à l’école.

Parfaire une téléprésence avec VGO

Ce robot d’1,20 mètre est muni de deux roues, d’un écran vidéo, d’une caméra et de deux dispositifs de sortie audio. Le système consiste à envoyer les images vidéo vers le smartphone de l’enfant, et le smartphone envoie également l’image et la voix de l’enfant vers le robot. Cette nouvelle technologie robotique aura de nombreuses autres utilisations. Il pourrait, par exemple, être envoyé vers un lieu de travail, pour assister à une réunion. Évidemment, le robot VGO ne pourrait pas effectuer d’autres tâches nécessitant l’utilisation de la main, par exemple. Ses attributions se limitent encore à l’envoi et la transmission d’image et de son, en bref, réaliser une téléprésence.

Robotique et santé : bientôt un robot infirmier au Japon

robotUne tendance qui n’est plus nouvelle au Japon : le manque de personnel médical peut être comblé par des robots infirmiers, qui peuvent effectuer des tâches répétitives et fastidieuses pour le personnel, comme le transport de médicaments vers les différentes chambres d’hôpital. Conçus par le géant de l’électronique japonais Panasonic, les robots-infirmiers ont été testés dans des établissements hospitaliers japonais, et ont prouvé leur utilité.

Assister le personnel médical et les personnes âgées

D’ici 2015, le Japon comptera plus de 6 millions d’individus de plus de 65 ans ; actuellement, cette catégorie de personnes concerne un Japonais sur cinq. C’est dire combien les robots-infirmiers seront utiles dans un avenir très proche. En plus d’assister le personnel médical dans la prise en charge des patients, les robots pourront aider les personnes âgées dans diverses tâches, et peuvent surveiller la prise de médicaments et/ou l’alimentation de ces personnes. Les robots-infirmiers seront également d’une grande aide pour la population française, qui va compter près de 2 millions de personnes de plus de 85 ans, d’ici 2020 ! Avec ses 7 heures d’autonomie, le robot-infirmier peut assurer différents services dans les chambres d’hôpitaux, en évitant tout obstacle par l’utilisation de nombreux capteurs et caméras.

Coiffure et robotique : un robot qui fait le shampooing

Head Care RobotLa robotique est actuellement présente dans quasiment tous les lieux de vie : bureau, salon, séjour, route… mais également dans les salons de coiffure. La firme japonaise Panasonic a conçu un robot spécialiste du shampooing. Le Head Care Robot (le robot qui prend soin de vos cheveux) ne fabrique pas du shampooing, mais est installé dans les salons de coiffure pour faire les shampooings des clients. Meilleurs services et gains de temps Avec ses 24 doigts robotisés, le Head Care Robot peut shampouiner la tête des clients, tout en tenant compte de la forme de la tête de son utilisateur, par l’intermédiaire de ses nombreux capteurs. En effet, le robot mesure d’abord le crâne du client, applique le produit pour le shampooing, et utilise ses doigts pour masser en douceur le cuir chevelu. Le massage peut être prolongé en un massage relaxant appliqué sur la nuque. Par la suite, le robot effectue le rinçage des cheveux. Une visière est installée pour éviter les éclaboussures gênantes qui pourraient se mettre sur le visage du client. Les Head Care Robots testés au Japon en 2012, ont donné de bons résultats : les clients étaient satisfaits, et gagnaient plus de temps qu’avec un coiffeur humain.

Interview exclusive de Jean-Luc Imhof, directeur général chez KUKA Roboter.

Jean-luc IMHOf

Jean-luc IMHOf

 

Bonjour Monsieur Imhof pourriez-vous vous présenter et nous présenter la société Kuka ?

La société KUKA Roboter GmbH, dont le siège est situé à Augsbourg en Allemagne, appartient au groupe allemand KUKA AG. Elle est considérée comme l’un des fournisseurs leaders de robots industriels sur le plan international. Les compétences clés de l’entreprise regroupent le développement et la production ainsi que la commercialisation de robots industriels, de commandes, de logiciels et d’unités linéaires. L’entreprise est leader en Allemagne et en Europe. Le Groupe KUKA AG emploie environ 7 500 personnes dans le monde entier. En 2012, un chiffre d’affaires de 1,7 milliards d’euros a été atteint. L’entreprise est présente avec 25 filiales sur les marchés les plus importants d’Europe, des États-Unis et d’Asie. KUKA Roboter est présent en France avec 65 collaborateurs depuis 30 ans pour répondre à la demande française en robotique.

Notre mission en France est: « Humanisons la robotique ».
Cette mission est basée sur 3 fondements : la collaboration entre employés, la collaboration avec nos clients et la collaboration entre le robot et l’homme.

De formation ingénieur, je travaille chez KUKA depuis 2000. Depuis 2013, j’occupe la fonction de directeur général.
Alors que je voulais m’orienter dans des études de cuisine, c’est à l’âge de 14 ans que j’ai eu la révélation de la passion de la mécatronique et qui m’a conduit naturellement vers la robotique. Passion que j’ai aujourd’hui la chance d’assouvir dans le cadre de mon activité professionnelle. Lire la suite de cet article »

Une base de données commune pour les robots du monde

demonstration-de-roboearth-le-cloud-europeen-pour-robots-uneRoboEarth est le nom du projet consistant à concevoir un réseau d’amplitude mondiale, donnant accès à une immense base de données de références des robots de toute la planète. A travers ce réseau, les robots peuvent partager des informations, et « apprendre » de nouveaux comportements ou accéder à des connaissances relatives à leur environnement et aux humains. Ce qui offre également aux développeurs d’applications robotiques la possibilité de profiter des expériences des autres développeurs, et de partager les leurs. Il s’agit de concevoir un langage commun à tous les robots, ce qui devrait permettre à tous les robots d’évoluer au même niveau, en termes de capacité de mouvements.

Accélérer l’apprentissage de nouveaux mouvements

RoboEarth est un projet européen concocté par six instituts de recherche, à savoir, l’Université de technologie d’Eindhoven, l’Institut Fédéral de Technologie de Zurich, l’Université technique de Munich, l’Université de Saragosse, l’Université de Stuttgart et le Philips Innovation Services. Les scientifiques de ces diverses institutions ont démontré l’efficacité de RoboEarth sur quatre robots différents utilisant la même base de données, et qui ont effectué une série de services comme ouvrir les piluliers des patients, ou encore de leur servir des boissons. L’objectif principal du projet RoboEarth est de prouver que la connexion à un réseau d’informations peut accélérer le processus d’apprentissage d’un système robotisé.

Interview de Michèle Blondeau, directrice du Salon Micronora.

Michèle Blondeau

Michèle Blondeau

 

Michèle Blondeau, directeur général du salon : « Polyvalent et futuriste, Micronora 2014 sera un haut lieu de transfert technologique entre les différents spécialistes aéronautique, automobile, médical… »

De nombreux visiteurs investiront pour quatre jours, le 23 septembre prochain, le salon international des microtechniques et de la précision. Quels sont les évènements que vous leur proposez cette année ?

Nous attendons 15 000 visiteurs et… ils doivent préparer leurs semelles (!) car le programme sera, comme d’habitude, très riche. Sur les 25 000 m² de surface d’exposition, ils vont tout d’abord s’intéresser aux dernières innovations proposées par les 612 exposants. Signe des temps, ils constateront que la surface du pavillon dédié aux nanotechnologies, lancé en 2006, a augmenté de 83 % par rapport à l’édition de 2012. Ils découvriront également que de nouveaux stands collectifs seront présents en 2014, comme ceux de l’AFOP (Association française de l’optique photonique), de l’UITS (Syndicat professionnel des industriels des technologies de surfaces), du MESAP (the Innovation Cluster for MEchatronics and Systems for Advanced Production of Piemonte Region-Italie)…

Auxquels s’ajoutent les fidèles de Micronora, tels que Haute-Savoie Sous-Traitance, Alp’Compétences, Symop, Seine et Marne, Pays Horloger – Luxe & Tech, Club Laser et Procédés, Micronarc (CH). Polyvalent et futuriste, Micronora 2014 sera un haut lieu de transfert technologique entre les différents domaines : aéronautique, automobile, médical, etc. Enfin, tout a été fait pour faciliter la visite du salon. Rappelons à ce titre que le badge gratuit « Visiteur » est disponible sur notre site Internet. Lire la suite de cet article »

Les robots au secours des jeunes autistes

robo-big-SS-202x269

Une nouvelle étude menée par l’Université de Californie du Sud (USC) a conclue que les robots humanoïdes peuvent aider les enfants atteints de troubles de l’Autisme à apprendre de nouvelles compétences et à améliorer leurs comportements sociaux.

Selon les chercheurs, les robots aident les enfants en leur montrant ce qu’est un comportement « normal » et en leur fournissant des instructions spécifiques sur l’attitude à avoir dans la vie quotidienne.

Les chercheurs de l’USC ont présenté leurs résultats lors de la 23e conférence « Symposium international » dédiée aux Robots et à l’interactivité de ces derniers avec les humains. Lire la suite de cet article »

Les robots marchands sont déjà là.

sales.robotLes Drones de livraison sont donc dès 2013 les grandes nouveautés technologique dans la vente aux particuliers en 2014 mais plus encore, ce sont des robots destinés à remplacer les humains.

A partir de cette semaine, juste en face du siège d’Apple à Cupertino, l’hôtel Aloft teste des robots groom pour ses clients.
Comme indiqué dans le New York Times, l’adorable « Botlr » va livrer des commandes assez basiques directement dans les chambres.

Dans une société ou la main d’œuvre humaine est relativement cher, les robots à tout faire seront de plus en plus appréciés. Surtout quand leurs gestes ou leurs sons rappellent des attachants petits droïdes tels que le R2-D2 de Star Wars, ou encore Rosie, le robot de la série TV Jetsons, plutôt que l’inquiétant Terminator.

Il est facile d’imaginer un futur proche où des robots de grandes surfaces pourrait être les nouveaux vendeurs ou même conseiller dans une galerie d’art ou au musée.

Déjà, les robots sont très performants et comprennent de mieux en mieux les instructions qu’on leur donne. Pour des taches secondaires, tels que la gestion des stocks ou la vérification du réapprovisionnement des rayons, les robots de demain seront parfaitement adaptés. Lire la suite de cet article »

MagCover
MagCover
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires
Partenaires